G. Lemarquis, « Punk, anar et maire de Reykjavík »

Au lendemain de l’effondrement de 2008, la capitale de l’Islande était l’image de la désolation . . . Lors des municipales de 2010, les électeurs désemparés choisirent pour maire un acteur humoriste, M. Jón Gnarr.

La candidature de ce punk gravement dyslexique au parcours tourmenté . . . était au départ purement parodique. Il déclarait vouloir le pouvoir pour « [s’]en foutre plein les poches sans se fatiguer » et en profiter pour « placer [ses] proches à des postes juteux » . . . Annonçant qu’elle trahirait ses promesses électorales, la liste . . . proposait l’abolition de toutes les dettes, des voyages surprises pour les personnes âgées . . .

Devenu maire, M. Gnarr . . . a endossé . . . un nouveau rôle. Le provocateur je-m’en-foutiste a fait place à un personnage d’une humilité désarmante. Les habitants de la capitale l’ont suivi dans sa démarche de transparence et de démocratie participative . . .

La crise a aidé M. Gnarr et ses amis à transformer une ville où la « bagnole » était reine en une capitale écologique, branchée et pourvue d’un très dense réseau de pistes cyclables . . .

Aux élections municipales de 2014, la classe politique attendait Jón Gnarr au tournant. Après avoir goûté au pouvoir, n’allait-il pas rempiler ? C’était dans la logique des choses, il allait enfin devenir l’un des leurs. Au zénith dans les sondages, l’homme annonçait qu’il quittait la politique . . .

Gérard Lemarquis, « Punk, anar et maire de Reykjavík. Réenchanter la politique par la dérision » in Le Monde diplomatique, octobre 2016 (extr. La Litera información)

Tu publicidad






Banner 3
Aquí tu publicidad
Sitio web

Otras noticias

Más que sequía, lo que hay es un exceso de consumo

Ecologistas en Acción incide en que el problema de sequía se deriva de una mala gestión y consumo excesivo de agua, orientado a regadío, y no tanto a la falta de lluvias.