O. Cachard, « Ondes magnétiques, une pollution invisible »

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé les champs électromagnétiques hyperfréquences (téléphonie, liaisons radio type Wi-Fi ou Bluetooth) dans la catégorie « peut-être cancérigènes pour l’homme » . . . Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il existe des signes d’un lien entre une exposition de longue durée aux ondes électromagnétiques et certains cancers . . . D’autres études avaient auparavant montré un lien entre l’exposition de longue durée aux champs électriques basses fréquences des lignes à haute tension et l’apparition d’une tumeur maligne . . .

[Un des] obstacles [qui] ralentissent l’émergence d’un consensus sur la nocivité des ondes électromagnétiques [sont] les conflits d’intérêts qui entachent la recherche dite « fondamentale » . . . En témoigne le très faible nombre d’études consacrées aux effets biologiques de l’exposition de longue durée, qui sont potentiellement les plus sérieux, par contraste avec l’effet thermique de l’exposition de courte durée . . .

Olivier Cachard, « Ondes magnétiques, une pollution invisible », dans Le Monde diplomatique, février 2017 (extr. La Litera información)

Tu publicidad






Banner 3
Aquí tu publicidad
Sitio web

Otras noticias

Hachazo a la UNED

Las cacicadas como antaño se siguen produciendo y esto es la muestra más evidente de que nada o muy poco ha cambiado. Ya lo denunciara