J. Gadrey, « Idée reçue: “ La croissance, c’est la prospérité ” »

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les gens vivent‑ils mieux, et la société est‑elle meilleure, dans les pays ayant le plus gros PIB par habitant, fruit d’une plus forte croissance passée ? On peut répondre en utilisant un grand nombre de variables : espérance de vie, accès à l’éducation, pauvreté, inégalités de revenus, inégalités entre les femmes et les hommes, violences et homicides, etc. Pour toutes ces variables, le résultat est sans appel : s’il est vrai que, pour les pays pauvres, une certaine « corrélation positive » existe entre ces critères et le PIB . . . par habitant, en revanche, au‑delà d’un seuil que nous avons dépassé en France depuis les années 1970, elle disparaît. Le « progrès humain » et le « progrès social » tiennent alors à d’autres déterminats et à d’autres politiques que la richesse économique et la croissance.

Jean Gadrey, « Idée reçue: “ La croissance, c’est la prospérité ” », dans Manuel d’économie critique ; Paris : Le Monde diplomatique, 2016 (extr. La Litera información)

Tu publicidad






Banner 3
Aquí tu publicidad
Sitio web

Otras noticias